L’apparition de Chaitanya Mahaprabhu, l’Avatara d’or

 L’apparition de
Sri Chaitanya Mahaprabhu,

 l’avatara d’or 

Sri Chaitanya Mahaprabhu, l'Avatara de miséricorde pour l'Age de Kali

Aujourd’hui est Gaura Purnima, le jour béni et glorieux de l’apparition du Seigneur Chaitanya Mahaprabhu. A cette occasion nous publions un excellent article de Visnurata prabhu qui est paru déjà dans un autre « Retour à Krishna » (le magazine du Mouvement pour la Conscience de Krishna). Bien qu’ayant été écrit il y a quelques années déjà , ce texte traite d’un thème immuable et conserve donc toute sa valeur et sa fraîcheur. 
                Joyeux Gaura purnima à tous!! Gaura premananda hari hari bolo!!!

Il y eut d’innombrables avataras, ou manifestations de Dieu sur terre. Sri Krishna nous enseigne, dans la Bhagavad-gita:

Chaque fois qu’en quelque endroit de l’Univers, la spiritualité connaît un déclin, et que s’élève l’irréligion, Je descends en Personne. J’apparais d’âge en âge afin de délivrer Mes dévots, d’anéantir les mécréants, de rétablir les principes de la spiritualité. » (Bhagavad-gita 4.7 et 4.8). 

Toutefois, il y a 500 ans, au Bengale, parut un avatara tout à fait particulier, en ce qu’Il était Dieu, ou Krishna, en Personne, mais venu sous une forme déguisée accomplir une mission sublime entre toutes. Il s’agit de Sri Chaitanya Mahaprabhu. On Le connaît chez les sages et doctes érudits aussi bien que parmi les fidèles de divers ordres, comme « l’avatara d’or », pour deux raisons: d’abord, Sa carnation était de la couleur de l’or en fusion, mais surtout, Son message était plus précieux que la plus précieuse des substances, plus précieux même que celui de tous les autres avataras, comme l’a clairement exprimé Rupa Gosvami, le proche disciple de Sri Chaitanya, dans un verset célèbre:

namo mahâ-vadânyâya
krishna-prema-pradâya te
krsnâya krsna-caitanya-
nâmne gaura-tvise namah
« Je rends mon hommage respectueux à Sri Krishna Chaitanya, de tous les avataras le plus magnanime, et plus encore que Krsna Lui-même, puisqu’Il offre gracieusement ce que nul n’a jamais offert avant Lui: le pur amour de Krishna. »


Après que Sri Krishna eut énoncé Son chant divin, la Bhagavad-gita, sur le champ de bataille de Kuruksetra, voici plus de 5 000 ans, Il désira revenir en ce monde, mais cette fois pour montrer aux hommes, par Son exemple personnel, la voie pratique à travers laquelle on peut s’abandonner à Lui, réaliser l’enseignement ultime de la Bhagavad-gita, et finalement développer son amour pour Lui à travers le service de dévotion, ou la Conscience de Krishna.

Car, en ce service, qui n’est autre que l’abandon de soi au Seigneur, gît la conclusion et la quintessence de toutes les Ecritures, et aussi le but même de l’existence. Bien des Textes évoquent maintes voies – la charité, l’austérité, les rites, les sacrifices, la recherche philosophique, la pratique d’exercices yogiques et de la méditation…-, mais toutes doivent culminer dans le service d’amour spirituel et absolu qu’on offre au Seigneur Suprême, à défaut de quoi elles ne seront d’aucune aide pour s’affranchir de l’existence matérielle, du cycle implacable des morts et des renaissances, et se traduiront en conséquence par une pure perte de temps. Krishna, donc, toujours soucieux du bien des hommes, après avoir d’abord révélé, dans la Bhagavad-gita , le secret d’entre les secrets: « Laisse là toute autre forme de religion ou d’occupation, et s’abandonne-toi simplement à Moi » (BG 18.66), voulut par la suite en montrer la voie d’application pratique, ce pourquoi Il apparut comme Sri Chaitanya Mahaprabhu.

UNE MISSION SUBLIME

Cette voie pratique, toutes les Ecritures du monde l’indiquent, et parmi les plus anciennes, le Brihan-naradiya Purana:

harer nâma harer nâma harer nâmaiva kevalam
kalau nâsty eva nâsty eva nâsty eva gatir anyathâ
« Chante les Saints Noms, chante les Saints Noms, chante les Saints Noms du Seigneur, car dans l’âge de Kali (l’ère de discorde et d’hypocrisie à laquelle nous vivons), il n’y a pas d’autre moyen, pas d’autre moyen, pas d’autre moyen d’atteindre l’Absolu. »

De même la Kali-sântarâna Upanisad:

Hare Krsna Hare Krsna Krsna Krsna Hare Hare
Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare
iti shodasakam nâmnâm
kali-kalmasa-nâshanam
natah parataropayah
sarva-vedesu drishyate
« Il n’est point de méthode plus efficace pour contrecarrer les influences néfastes de l’âge de Kali que le chant des seize syllabes qui constituent le mahâ-mantra Hare Krsna. »
Sri Chaitanya Mahaprabhu institua le mouvement du sankirtana

Explosion-Hare-Krishna.jpg

 Sri Chaitanya institue à cette fin le Mouvement du sankirtana, tel que nous pouvons le connaître aujourd’hui en Occident grâce aux efforts émérites de Sa Divine Grâce A. C. Bhaktivedanta Swami Prabhupâda. Le chant public et en groupe des Saints Noms du Seigneur – ou Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare / Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare – n’est donc pas une invention moderne. Déjà il y a 500 ans, il retentissait dans tout le Bengale, et l’Inde entière; et bien auparavant encore, il y a des milliers d’années, les Ecritures védiques avaient prédit son plein développement. Sri Chaitanya Lui-même prophétise: 

« Le chant des Noms de Krsna sera entendu dans chaque ville et chaque village du monde entier. »
                                                                                                                             Chaitanya Bhagavata

LondonKirtan.jpg

 Il n’est donc pas à s’étonner si tant de dévots de Krsna défilent dans les rues de toutes les grandes villes du monde au son des kartals (cymbales), des mridangas (tambours) et du chant plein de joie Hare Krsna, Hare Rama.

Mais Krsna est Dieu, et lorqu’Il agit , sert toujours à la fois des desseins multiples et divers. Ainsi, propager le yuga-dharma n’est pas la seule raison pour laquelle Il est venu en tant que Sri Chaitanya.

Au moment où Sri Chaitanya apparut sur terre, Advaita Acarya, Son compagnon éternel, L’avait précédé, et se trouvait en quelque sorte à la tête de la communauté vaisnava d’alors. Ce mot, vaisnava, ne désigne pas une secte. Jésus-Christ et Mahomet étaient eux aussi d’éminents vaisnavas, ou dévots du Seigneur Suprême. Ces vaisnavas, donc, se réunissaient dans la demeure d’Advaita Acarya pour s’y entretenir de Krsna, chanter Ses Noms et Ses gloires, L’adorer et lire la Bhagavad-gita et le Srimad-Bhagavatam, qui contiennent l’essence de Ses enseignements. On perdrait sa peine à chercher la Vérité Absolue dans les millions de volumes que l’homme accumule à travers les âges. C’est pourquoi Sridhara Svami, un grand maître spirituel et une âme parfaitement réalisée, a écrit:

 « Il faut bien se pénétrer de la Bhagavad-gita, qui émane des lèvres pareilles-au-lotus du Seigneur en Personne, Sri Krishna; à quoi bon la multiplicité des autres écrits? » 

Sri Chaitanya soulignera d’ailleurs Lui-même l’importance fondamentale de ces deux Textes, car la Bhagavad-gita nous révèle les paroles mêmes de Dieu, et le Srimad-Bhagavatam s’attache à la description de Son Etre, de Son royaume, de Ses divertissements, de Ses attributs et de Ses dévots, et nous livrent ainsi la Vérité Absolue dans Son aspect ultime de Bhagavan, la Personne Suprême.

Sri Advaita Acarya déplorait en même temps que la masse des hommes s’abandonne aux basses jouissances sensorielles, et manque à ce point de conscience de Krishna. Pour reprendre une parole significative de Srila Bhaktisiddhanta Sarasvati, le vénéré maître spirituel de Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada: « Rien ne manque en ce monde, que la conscience de Krisna. » Un bhakta peut voir que l’éternelle souffrance des hommes vient de l’oubli qu’ils ont de Dieu. On croit, par ignorance, pouvoir négliger la réalisation spirituelle, et trouver son bonheur dans la poursuite du plaisir des sens, mais la course au plaisir n’entraîne que malheurs, tant sur le plan individuel que collectif.

Des lois fort strictes régissent la nature matérielle, et l’homme agit comme s’il se trouvait être le seul et unique maître de la création. Aussi les masses se laissent-elles fourvoyer par les promesses des capitalistes, des communistes, des socialistes, des nihilistes et autres défenseurs de théories en « ismes », toutes plus impuissantes les unes que les autres à résoudre les problèmes de la guerre, de la faim, de la maladie, de la pauvreté, des carences de toutes sortes. Or un bhakta, un dévot de Krishna, s’afflige devant une situation aussi désespérée. avaita-acaryaIl sait qu’à l’origine de ce chaos se trouve l’oubli de Dieu et de Ses lois, et il met tous ses efforts à trouver par quels moyens offrir aux âmes conditonnnées la science de Krishna, grâce à laquelle ils pourront vivre en harmonie avec les deux natures, matérielle et spirituelle. Advaita Acarya dirigea donc sa pensée sur le moyen d’arracher tous les hommes de son temps aux griffes de l’illusion. « Si Krsna venait en Personne répandre la pratique du service de dévotion, se dit-il, alors tous les hommes pourraient être sauvés. » C’est pourquoi il se mit à Le prier, et à Lui faire diverses offrandes, pour L’inciter à descendre sur terre. Dans la force de son désir, il L’appelait à grands cris.

Et parut l’avatara d’or. Car le Seigneur, pénétré de la profonde extase spirituelle qu’accompagne la pratique du service dévotionnel et le chant continu des Saints Noms, perdit Son teint couleur d’orage pour revêtir une carnation d’or. Ce qui explique le verset suivant du Srimad-Bhagavatam, qui prédisait, il y a déjà plus de 5 000 ans:

krsna-varnam tvisâkrsnâm
sângopângâstra-pârsadam
yajñ aih sankîrtana-prâyair
yajanti hi sumedhasah
« Dans l’âge de Kali paraîtra l’avatara des Saints Noms de Krishna, qu’il chantera sans cesse. Bien que son teint ne soit pas celui d’un nuage de pluie, il sera Krsna en Personne, et les hommes d’intelligence L’adoreront en adhérant à Son Mouvement de sankirtana ».                                                                                                                                                                                                                                                                                    (S.B. 11.5.32)

On peut saisir par là l’importance et le caractère sublime de Sa mission. Sri Chaitanya Mahaprabhu est venu dévoiler aux hommes la voie de réalisation spirituelle propre aux temps présents, certes, mais beaucoup plus encore: Il a gracieusement distribué à tous, et sans compter, les fruits les plus parfaits de l’amour divin, à travers le chant et la danse d’inspiration dévotionnelle; à travers le chant et la danse d’inspiration dévotionnelle; à travers aussi le partage du prasada, la merveilleuse nourriture consacrée à Krsna. Le chant, la danse, le prasada ont tous trois pour effet d’éveiller l’âme à sa nature originelle, et de renouer le lien qui l’unit éternellement à Dieu; aussi sont-ils pour tous sources d’une joie toujours grandissante, et représentent-ils, pour l’humanité entière, la plus grande bénédiction. Sri Chaitanya mérite bien qu’on Le nomme  » l’avatara le plus magnanime », comme a dit Rupa Gosvami, et, nul être doué de raison et de lucidité ne refusera de marcher dans Son pas, de savourer à son tour les fruits de la félicité spirituelle infinie que procure le service d’amour pur offert à Sri Krsna.

 UN AVENEMENT PEU ORDINAIRE

 Laissons maintenant le Sri Chaitanya-charitamrita – l’ouvrage le plus complet sur la vie et les préceptes de l’avatara d’or – nous narrer les circonstances qui entourèrent l’Apparition de Sri Chaitanya Mahaprabhu.

« En l’an 1406 de l’ère Shaka ( 1485 A.D), au cours du mois de janvier, Sri Krishna pénétra dans le corps de Jagannatha Mishra et de Saci (c’est-à-dire Nanda Maharaja et Yashodamata, qui avaient été Ses parents adoptifs 4500 ans auparavant, de nouveau apparus sur terre pour Lui servir de père et mère). Jagannatha Mishra dit à Sacimata: « Quels singuliers phénomènes s’offrent à ma vue! De ton corps émane une radiance; c’est comme si la déesse de la fortune en personne avait maintenant élu domicile en ma demeure. Et partout où je vais, les gens me témoignent du respect; sans que je leur fasse aucune demande, tous me couvrent richesses, me donnent des vêtements et du riz entier. »Sacimata répond alors à son époux: « J’aperçois aussi des êtres radieux dans les nues, comme offrant des prières. »

« Pendant la grossesse de Saci, dont la fécondation s’était opérée par voies surnaturelles. Nilambara Chakravarti, son père, détermina par des calculs astrologiques le moment précis où allait naître l’enfant. Le jour serait propice, et marqué par un phénomène naturel particulier: une éclipse totale de la lune. Le Chaitanya-charitamrita rapporte; « Quand parut l’avatara d’or, pareil à une lune sans tache, que serait venu faire l’astre des nuits, avec ses noires meurtrissures? »

En Inde, tous les observants des Ecritures védiques ont coutume de se baigner dans le Gange ou l’océan lorsque survient une éclipse de la lune ou du soleil. Ils demeurent partiellement immergés pendant toute la durée de l’éclipse et chantent le maha-mantra Hare Krishna. Ainsi, au moment où Sri Krishna Chaitanya parut sur terre, tout le monde chantait Hare Krishna, Hare Krishna, Krishna rishna, Hare Hare / Hare Rama, Hare Rama, Rama Rama, Hare Hare. Le Chaitanya-charitamrita ajoute que non seulement les observants des Vedas chantaient l’hymne, mais aussi les Musulmans et nombres d’autres représentants des diverses confessions. Il est tout à faire à noter que Celui qui allait vouer Son existence à propager le chant universel des Saints Noms de Krsna est apparu à un moment où tous, Musulmans, Hindous et autres, se livraient à ce chant dans une joie universelle.

Le Caitanya-caritamrta poursuit:

« Des quatre points de l’horizon arrivèrent des vagues de joie. Et tous les êtres, mobiles et immobiles, se sentirent envahis d’une jubilation sublime… Sri Advaita Acarya, dans sa maison de Shantipura, se mit à danser d’extase et à chanter à grande voix le mantra Hare Krsna; nul n’en pouvait saisir la raison…Tous les dévots du Seigneur, dans quelque ville ou contrée qu’ils se trouvaient, dansèrent, célébrèrent le sankirtana et firent en pensée des dons charitables, leur mental débordant de félicité. » (C. c Adi-lila 13. 97-99-103). 

Après la naissance du Seigneur, les femmes du voisinage vinrent visiter la mère et son enfant, dont la carnation brillait d’un or éclatant. Parmi elles se trouvait Sita Thakurani, l’épouse d’Advaita Acarya, et grande fut sa perplexité quand elle vit le jeune Visvambhara (nom signifiant « le Seigneur de l’Univers », et donné à Sri Chaitanya au moment de Sa naissance); elle pouvait comprendre, sinon par la couleur inhabituelle de Son teint, qu’Il s’agissait là de Krishna en Personne.

bienvenidaTout ceci est confirmé par Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada, représentant en ligne directe de Sri Chaitanya, dans son introduction au Srimad-Bhagavatam: « Sri Chaitanya Mahaprabhu est vraiment Sri Krsna Lui-même, bien qu’ayant cette fois choisi d’apparaître sous la forme d’un grand bhakta, pour faire connaître à l’humanité tout entière, aux philosophes comme aux théologiens, la nature spirituelle et absolue du Seigneur Suprême dans Sa Forme originelle de Sri Krishna, Cause de toutes les causes. Son enseignement repose sur le fait que Sri Krishna, qui parut à Vrindavana en tant que Fils de Nanda Maharaja, est Dieu, la Personne Suprême, digne de l’adoration universelle… Or, la plus haute forme d’adoration du Seigneur fut celle des gopis de Vrindavana (voir « Le don inestimable du Seigneur Chaitanya« ) , manifestée à travers leur pur amour pour Lui. Telle est la voie qu’indiqua Sri Chaitanya Mahaprabhu comme la plus parfaite adoration du Seigneur…Le but ultime de l’existence pour tous les hommes, enseigna-t’Il, est de développer le prema, ou pur amour de Dieu. »  

Le Chaitanya-charitamrita conclut: « Quiconque, en la forme humaine, n’adhère pas aux enseignements de Sri Chaitanya Mahaprabhu manque l’occasion que cette forme représente pour lui de s’affranchir du cycle interminable des morts et des renaissances. Amritadhuni est le nom qu’on donne au flot de nectar du service de dévotion; si, dans la forme humaine, plutôt que de s’abreuver à ce flot, l’être plonge au gouffre empoisonné des plaisirs matériels, alors il eut mieux valu pour lui n’avoir pas vécu, et être mort depuis longtemps. »

« Sri Krishna Chaitanya montre une miséricorde toute spéciale à celui qui écoute le récit de Son avènement, et lui donne d’atteindre les pieds pareils-au-lotus du Seigneur. » (Cc. Adil-lila 13.122)



Catégories :ChaitanyaMahaprabhu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :