Dâmodar n°1

DÂMODAR

damodara

Ce long poème « Damodar », en deux parties,  relate  un des  divertissements d’enfance  les plus réputés de Sri Krishna. Alors que le Seigneur était un tout jeune enfant Sa mère Yasoda, Le lia avec une corde. Le mot dama signifie « cordes », et udara « l’abdomen ». A la suite d’un petit incident, résultant du  comportement espiègle de Son jeune fils, mère Yasoda décida, non sans problèmes, de lier Krishna  avec une corde. C’est ce divertissement unique et sublime de  Sri Krishna qui est relaté ici dans ce   poème de M.P. dasa . L’auteur de ce poème  a préféré signer de ses initiales.   C’est un grand plaisir pour moi de publier pour la première fois son merveilleux poème « Damodar « et je lui dis un grand merci.

PREMIERE PARTIE:

Aujourd’hui Yashoda dès l’aube a décidé
Pour son petit garçon de baratter du beurre
Sa grande gourmandise pour l’onctuosité
De Son met favori inspire ce labeur.

A la tâche à venir s’attelant sans retard
Elle gave la baratte du fruit des pâturages
Puis elle saisit les cordes actionnant les battoirs
Qui du lait dans le fût permettent le brassage

Sur son axe elle fait se mouvoir une barre
En un lent mouvement constant de va et vient
Au cours de cet effort sa longue tresse noire
Agitée en tous sens s’affranchit de ses liens.

Pareils à des étoiles qui filent dans les cieux
Les pétales de fleurs et les plumes de paon
Les perles de corail décorant ses cheveux
Echappés de sa natte s’envolent dans le vent.

Les rangées de colliers sur sa gorge opulente
Les boucles à ses oreilles les clochetttes à Ses pieds
Et autour de ses hanches dans une valse lente
Accompagnent le rythme de son geste réglé.

Sur l’ambre de sa peau délicate ruisellent
Des perles de sueur pareilles à la rosée
Noyée dans l’océan de l’amour maternel
La reine de Vraja rayonne de beauté.

Des geysers lactés fusant du récipient
De fines gouttes blanches parsèment ses soieries
A leur vue elle se voit bientôt confectionnant
De ses mains les douceurs dont Se délecte Hari.

Apparaissant soudain trépignant à l’envie
D’obtenir le sein généreux de Sa mère
Un trouble-fête exige qu’elle s’occupe de Lui
Toute l’affaire cessante sous peine de colère.

Ravie de Lui offrir sa féconde poitrine
Sa mère de bonne grâce Lui donne la tétée
Pour comble de malchance du lait dans la cuisine
S’étant mis à bouillir menace de verser.

Yashoda paniquée dépose le bambin
Volant vers les fourneaux remédier à l’urgence
Cet abandon soudain L’irrite à tel point
Que Son courroux atteint une rare violence.

Armé d’un gros caillou Il fracasse les pots
Contenant les produits le matin collectés
D’un cynique vandale se mettant dans la peau
Il renverse le beurre fraîchement baratté.

De ce met savoureux étant grand amateur
C’est à pleines poignées qu’il en fait une orgie
Le sauvage festin apaisant Sa fureur
Une jarre sous le bras rassasié Il s’enfuit.

De retour sur les lieux essouflée Yashoda
S’inquiète de l’abscence de l’enfant délaissé
Atterrée elle constate l’étendue des dégâts
Que de toute évidence Il a occasionnés.

Poussée par le dépit sur Ses traces elle se lance
Se disant en courant: « Mais comment cet enfant
Peut-Il manifester une telle insolence
Et manquer de respect envers Ses parents? »

« Toujours j’ai tenté armée de ma patience
A cet enfant d’offrir les meilleures leçons
De devoirs faire face à autant d’arrogance
En dit long sur l’échec de cette éducation. »

Le garçon dont le teint rappelle la couleur
D’un gros nuage lourd précurseur de la pluie
A la vue de Sa mère simulant la frayeur
Sur ses petites jambes mais véloces s’enfuit.

Le chapardeur la main dans le sac surpris
L’épouse de Nanda entame la poursuite
Brandissant une trique haletante elle s’écrie
« Arrête chenapan et viens ici de suite! »

Par-dessus Son épaule le rusé polisson
Lui jette des regards tâchant d’être touchants
« Maman j’arrêterais à la seule condition
Que sur-le-champ tu lâches ton bâton menaçant! »

« Si tu crains à ce point de te faire punir
Pourquoi as-tu brisé les jarres emplies de beurre?
Avant d’agir ainsi il fallait réfléchir
Et ne pas me pousser à la mauvaise humeur! »

« Je te promets de ne jamais recommencer
Je regrette Mon acte et demande pardon
Mais l’énorme gourdin sous son nez agité
Par ta main vengeresse me donne des frisons. »

Les dévas dans le ciel de la scène témoins
Confondus se regardent envahis de questions
Celui que l’Epouvante redoute au plus haut point
Tremble tétanisé en face d’un bâton!?

Yashoda attendrie par cette plaidoirie
Laisse tomber au sol la baguette en question
Révélant sa fatique les plis de son sari
Epousent la cadence de sa respiration.

A ce genre de course étant peu entraînée
Elle ressort de l’effort totalement en nage
Se mèches de cheveux de sueur saturées
En spirales s’enroulent autour de son visage.

Elle prend la décision malgré sa réticence
D’entraver le garçon afin de l’empêcher
De commettre peut-être de plus graves outrances
Ou encore de vouloir à nouveau s’échapper.

Appelant ses servantes elle réclame des cordes
Soyeuses mais solides afin de L’attacher
Il faut mettre hors de nuire l’auteur du désordre
En attendant de voir s’Il veut se réformer.

Elle choisit un mortier lourde masse de pierre
Autour de laquelle elle enroule les mètres
A chaque dernier tour il lui manque pour faire
Le noeud définitif toujours un centimètre.

Les bouts mis bout à bout pour combler la distance
Sont chaque fois trop courts à son grand désespoir
En vérité l’écart révèle l’influence
Des occultes pouvoirs du jeune Damodar.

Le Seigneur amusé par cette distraction
Sait que les millimètres échappant à Sa mère
Dans son esprit confus dépassent en dimension
Les distances reliant les bords de l’univers.

Une foule curieuse de mères et de grands-mères
A la cocasse scène est venue assister
Abreuvant Yashoda d’un flot de commentaires
Chacune sur le mystère avance son idée.

suite….

damodara-6.jpg



Catégories :Les divertissements de Krishna

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :