Seigneur, sauvez-moi !

Dans  » anādi’ karama-phale » , un chant dévotionnel bengali, extrait de son recueil  Gītāvalī et qui signifie littéralement  » Les réactions d’un karma dont l’origine se perd dans le temps »Bhaktivinoda Thâkura,  adoptant le rôle d’un être humain ordinaire, dépeint la situation désespérée de l’être vivant dans cette existence matérielle.

« Je suis tombé dans cet océan d’ignorance de l’existence matérielle… et je ne trouve aucun moyen  d’en sortir. Me voici dans un océan de poison ..la concupiscence brûle mon coeur et mon mental est profondément insatisfait. J’échafaude de multiples projets pour être heureux mais tous échouent inévitablement l’un après l’autre…. »  A la fin Bhaktivinoda n’a d’autres recours que de se tourner vers Dieu, Krishna la Personne Suprême et de demander Son assistance pour le sortir de cette situation redoutable. « Seigneur, je T’en prie arrache-moi à cet océan de morts et de renaissances et place moi telle une particule de poussière à Tes pieds pareils-au-lotus. Ce chant est inspiré de la célèbre prière du Siksastakam de Sri Chaitanya Mahâprabhu (voir Siksastakam 5).

Nous avons la chance d’entendre Srila Prabhupâda, s’accompagnant à l’harmonium, chanter « anādi karama-phale » . Il en explique la teneur et portée en anglais (en deux fichiers audios séparés donc, l’un pour le chant lui-même, et l’autre pour la teneur et portée) . Votre serviteur en a fait la traduction française, que j’ai placé après chaque  chapitre. Il  y a la possibilité ainsi d’écouter et de lire en même temps la teneur et portée de Prabhupâda. Bonne lecture et bonne écoute.

Gloires à Srila Bhaktivinoda Thakura et Srila Prabhupada! Gloires à Sri Sri Gaura Nitaï!  Gaura Bhakta Vrinda ki jaya !!

                  ECOUTEZ

Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupâda chanter:
« Anādi karama phale » de Srila Bhaktivinoda Thakura

            ECOUTEZ  

la Teneur et portée  de Srila Prabhupâda, en anglais en bleu (avec la  traduction française en dessous en violet )

          

  (1)

anādi’ karama-phale, poḍi’ bhavārnava-jale,
torib
āre nā dekhi upā
y
e-viṣaya-hal
āhale, divā-niśi hiyā
jwale,
mana kabhu sukha n
āhi pā
y

(1) Anādi’ karama-phale, poḍi’ bhavārnava-jale,toribāre nā dekhi upāy. This is a song sung by Bhaktivinoda Thakura, depicting the picture of the conditioned soul. It is said here, Bhaktivinoda Thakura is speaking, taking himself as one of the ordinary human beings, that due to my past fruitive activities (karma), I have now fallen in this ocean of nescience, and I do not find any means of coming out of this great ocean. It is just like the ocean of poison. E-viṣaya-halāhale, divā-niśi hiyā jwale . As if anyone takes some pungent food, it burns the heart. Similarly, as we are trying to be happy by sense enjoyment, actually it is just becoming the opposite, a cause of burning our heart. E-viṣaya-halāhale, divā-niśi hiyā jwale . That burning sensation is going on twenty-four hours, day and night. Mana kabhu sukha nāhi pāāhi pāy, and on account of this, my mind is not at all in satisfaction.

(1) Anādi’ karama-phale, poḍi’ bhavārnava-jale,toribāre nā dekhi upāy. C’est un chant de Bhaktivinoda Thakura, décrivant la situation de l’âme conditionnée. Il est dit ici, Bhaktivinoda Thakura parle – alors qu’il joue le rôle d’un être humain ordinaire-,  à cause de mes activités intéressées passées  (karma), me voilà tombé à présent dans l’océan d’ignorance , et je ne trouve aucun moyen de sortir de ce grand océan qui est comme un océan de poison. E-viṣaya-halāhale, divā-niśi hiyā jwale . Si l’on mange des mets trop épicés, on ressent des brûlures dans la poitrine. De la même façon, alors que nous nous efforçons d’être heureux à travers le plaisir des sens, c’est en fait le contraire qui se produit, la concupiscence consume notre coeur. E-viṣaya-halāhale, divā-niśi hiyā jwale . Cette sensation de brûlure est présente vingt quatre heures par jour, jour et nuit. Mana kabhu sukha nāhi pāāhi pāy, et à cause d’elle, mon mental est profondément insatisfait.

(2)

āśā -pāśa-śata-śata, kleśa deya avirata,
pravṛtti-
ūrmira tāhe khel
ā
kāma-krodha-ādi choy, bāṭapā
ḍe deya bhoy,
avas
āna hoilo āsi’ belā

(2) Aśa-pāśa-śata-śata, kleśa deya avirata. I am always making plans, hundreds and thousands, how I shall become happy, but actually all of them are giving me trouble, pains, twenty-four hours. Pravṛtti-ūrmira tāhe khelā. It is exactly like the waves of the ocean, always dashing one another. That is my position. Kāma-krodha-ādi choy, bāṭapāḍe deya bhoy. Besides that, there are so many thieves and rogues. Especially there are six in number, namely lust, anger, envy, illusion… In so many ways they are always present, and I am afraid of them. Avasāna hoilo āsi’ belā. In this way, my life is becoming advanced, or I am coming to the point of end.

(2) Aśa-pāśa-śata-śata, kleśa deya avirata. Dans le but d’obtenir le bonheur, constamment j’échafaude de multiples projets, des centaines et des milliers, qui en fait ne font  qu’engendrer soucis et tourments.. Pravṛtti-ūrmira tāhe khelā. On peut comparer cela au ressac incessant des vagues de l’océan. Telle est ma situation. Kāma-krodha-ādi choy, bāṭapāḍe deya bhoy. De plus, il existe de nombreux voleurs et brigands. On en dénombre six en particulier: la convoitise, la colère, l’envie, l’illusion…, ( l’avidit
é et la peur). Ils sont toujours présents et de façons tellement diverses , et j’ai peur d’eux. Avasāna hoilo āsi’ belā. Ainsi, ma vie s’avance, et arrive à son terme.

(3)

āna-karma—ṭhaga dui, more pratārīya loi,
ava
ś
eṣe phele sindhu-jale
e heno samaye, bandhu, tumi kṛṣṇa kṛp
ā
-sindhu,
kṛp
ā
kori’ tolo more bale

(3) Jñāna-karma—ṭhaga dui, more pratārīya loi. Although this is my position, still, two kinds of activities, namely mental speculation and fruitive activities, they are cheating me. Jñāna-karma—ṭhaga . Thaga means cheater. They are… Jñāna-karma—ṭhaga dui, more pratārīya loi, they are misleading me, and avaśeṣe phele sindhu-jale. After misleading me, they bring me on the seashore, and push me down within the sea. E heno samaye, bandhu, tumi kṛṣṇa kṛpā-sindhu. Under these circumstances, my dear Krsna, You are the only friend. Tumi kṛṣṇa kṛpā-sindhu, kṛpāā-sindhu, kṛpā kori’ tolo more bale. Now I have no strength to get out of this ocean of nescience, so I request, I pray unto Your lotus feet, that by Your strength, You kindly pick me up.

(3) Jñāna-karma—thaga dui, more pratārīya loi. En plus de cette situation, il existe deux sortes d’activités, nommément la spéculation mentale et les activités intéressées,  qui se jouent de moi . Jñāna-karma—ṭhaga . Thaga signifie tromper. Ils se… Jñāna-karma—ṭhaga dui, more pratārīya loi, elles se jouent de moi, et avaśeṣe phele sindhu-jale. Après s’être jouées de moi, elles m’entraînent vers la falaise et me précipitent dans la mer. E heno samaye, bandhu, tumi kṛṣṇa kṛpā-sindhu. Dans ces circonstances, mon cher Krishna, Tu es mon seul ami.Tumi kṛṣṇa kṛpā-sindhu, kṛpā kori’ tolo more bale. Je n’ai pas assez de force pour sortir de cet océan d’ignorance, je te demande donc, je prie à Tes pieds pareils-au-lotus, que par Ta force, je puisse être arraché à cet océan.

(4)

patita-kińkore dhori’, pāda-padma-dhuli kori’,
deho bhaktivinode
āś
roy
āmi tava nitya-dās, bhuliyā māyāra pāś
,
baddha ho’ye
āchi doyāmoy

(4) Patita-kińkore dhori’, pāda-padma-dhuli kori . After all, I am Your eternal servant, so somehow or other I have fallen in this ocean. You kindly pick me up, and fix me as one of the dust of Your lotus feet. Deho bhaktivinode āśroy. Bhaktivinoda Thakura entreats that, ”Kindly give me shelter on Your lotus feet.” Ami tava nitya-dās, actually I am Your eternal servant. Bhuliyā māyāra pāś, somehow or other I forgot You, and I am now fallen in the network of māyā. Baddha ho’ye āchi doyāmoy. “My dear Lord, I have been entangled in this way. Kindly save me.” That’s all.

4) Patita-kińkore dhori’, pāda-padma-dhuli kori . Je suis, après tout, Ton serviteur éternel, mais, d’une façon ou d’une autre, me voilà tombé dans cet océan. Je T’en prie donc, arrache-moi à cet océan, et place moi comme un atôme de poussière sous Tes pieds pareils-au-lotus. Deho bhaktivinode āśroy. Bhaktivinoda Thakura implore: ” Je T’en prie donne moi le refuge de Tes pieds pareils-au-lotus » . Ami tava nitya-dās, en réalité, je suis Ton serviteur éternel. Bhuliyā māyāra pāś, d’une façon ou d’une autre je T’ai oublié, et me voici maintenant captif des filets de māyā. Baddha ho’ye āchi doyāmoy. “Mon cher Seigneur, me voici donc captif. Je T’en prie sauve moi ! »



Catégories :Chants dévotionnels vaisnavas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :