L’extase de servir Krishna (9/9)

L’extase de servir Krishna (9/9)
Retrouver sa position originelle de serviteur de Dieu

 NEUVIEME CHAPITRE

 S’engager dans la pratique du Bhakti-yoga 

 Résumé du huitième chapitre

  Le huitième chapitre abordait le thème du plaisir de servir Dieu. Il explique l’origine  d’un tel plaisir absolu. Celui-ci transcende les trois niveaux matériels : sensoriel, mental et intellectuel. Cependant, pour atteindre à la plénitude parfaite, il ne faut pas tomber dans le travers trés fréquent d’une conception impersonnelle de Dieu .  Réalisant  Dieu, en tant que Personne,- la Personne Suprême -,  il faut s’engager sans tarder sur la voie qui consiste à raviver sa relation originelle avec Dieu, Krishna,  la Personne Suprême, la Source de l’amour et de la félicité. Ce neuvième et dernier chapitre de  » L’extase de servir Krishna »  aborde l’aspect pratique, l’application concrète de la conscience de Krishna, le bhakti-yoga,. Le Mouvement Internationale pour la Conscience de Krishna (l’Iskcon) a été créé par Sa Divine Grâce  A.C. Bhaktivedanta Swami Srila Prabhupada dans le but  de permettre à tous et à chacun de s’engager dans la pratique concrète du service de dévotion offert à  Sri Krishna, Dieu l’Être Suprême. Rétablissant graduellement notre relation perdue avec le Seigneur notre vie devient sublime et   nous devenons à même de goûter au réel bonheur et à l’extase spirituelle, au-delà des contingences matérielles.

Avant d’aborder le dernier chapitre (le chapitre neuf) de cette série « L’extase de servir Krishna », intitulé « S’engager dans la pratique du bhakti-yoga », nous invitons le lecteur à relire attentivement le résumé des chapitres précédents – et à relire même, s’il le désire, certains chapitres en entier -, afin de comprendre le cheminement logique qui conduit tout chercheur sincère de la vérité à s’engager dans la pratique du service de dévotion offert à Dieu; le Bhakti-yoga.

a) La réelle fonction du mental et des sens: servir Krishna

Dans la Bhagavad-gita Krishna dit:

man-manā bhava mad-bhakto
mad-yājī māḿ namaskuru
mām evaiṣyasi yuktvaivam
ātmānaḿ mat-parāyanaḥ

« Emplis toujours de Moi ton mental, deviens Mon dévot, offre-Moi ton hommage et voue-Moi ton adoration. Parfaitement absorbé en Moi, certes tu viendras à Moi. »
                                  (BG 9.34)

Le Seigneur Suprême demande clairement dans ce verset essentiel de la Bhagavad-gita, d’emplir toujours notre mental de Sa personne, autrement dit, de penser toujours à Lui. Telle est la perfection du yoga, l’union avec le divin. Et il donne clairement dans ce verset les moyens de réaliser cette parfaite absorption dans le Suprême (1). Il demande clairement que l’on devienne Son dévot, Lui offre son hommage et Lui voue son adoration ».

Certains non-dévots s’inquièteront : « Pourquoi Krishna Se permet-Il de faire une demande aussi formelle et exclusive centrée sur Sa personne ?  »

De telles interrogations empreintes de scepticisme montrent que ces personnes  n’ont pas compris la position divine et suprême de Krishna. Ils Le prennent pour un être ordinaire, une simple personnalité historique importante ou même, un personnage carrément mythique.

Krishna n’est pas une sorte de despote narcissique et exclusif; un oppresseur de plus, parmi ceux, nombreux, qu’à connu l’humanité. Non. Krishna n’est pas une personne ordinaire. Il est Dieu, l’Être divin, la Personne Suprême. Son nom même « Krishna » qui signifie « l’infiniment fascinant », révèle toute Sa divinité. Il est « Bhagavan Sri Krishna », Celui qui possède pleinement les six perfections (2) . Ces six qualités Le rendent infiniment fascinant pour tous les êtres.

Le corps de Krishna n’est pas matériel. Il est absolu, sat cit ananda, (éternel, rempli de connaissance et de félicité). Sa beauté est célébrée dans la Brahma-samhita (3) et ne peut être comparée même avec celle de Cupidon, le deva qui stimule de désir sexuel chez les êtres conditionnés.

Lorsque Krishna demande « d’absorber son mental en lui et, d’engager ses sens à son service », Il n’agit pas comme un être ordinaire le ferait, c’est-à-dire dans le but d’assouvir des besoins personnels. Non, étant Dieu, la Vérité Absolue, Krishna n’a aucun besoin personnel à assouvir. Le Seigneur est un parfait atmarâma, Il est pleinement satisfait en Lui-même. De Lui émane une multitude d’énergies, toujours prêtes à Le servir et à accomplir Sa volonté (4) .

b) S’engager au service de Krishna, c’est agir pour son plus grand bien:

Si, dans la Bhagavad-gita, Krishna demande de s’abandonner à Lui  (BG 18.66), c’est que le Seigneur désire nous libérer au plus vite de notre condition de souffrance en ce monde matériel  (« N’est nulle crainte. Toutes les suites de tes fautes je T’en affranchirai. »)  Parce qu’il existe naturellement une relation d’amour entre Lui et les entités vivantes, Krishna aspire profondément à nous voir heureux.

Tous les êtres vivants, précise le Seigneur, sont, des parcelles de Ma personne. Le Seigneur est ainsi le Père de tous les êtres vivants (BG 14.4) et à ce titre, tous sont destinés à jouir d’une existence parfaitement heureuse et libre de toute anxiété. Mais, à cause de leur attitude rebelle vis-à-vis du Seigneur, ils doivent lutter durement pour leur existence:

mamaivāmśo jīva-loke
jīva-bhūtaḥ sanātanaḥ
manaḥ-sasthānīndriyāni
prakrti-sthāni karsati

Les êtres, dans le monde des conditions, sont des fragments éternels de Ma personne. Mais parce qu’ils sont conditionnés, ils luttent avec acharnement contre les six sens, et parmi eux, le mental.
(BG 15.7)

Dès que l’on rejette ou ignore le service du Seigneur, immédiatement, nous tombons sous le joug de Son énergie d’illusion mâyâ. Ce point a été déjà développé au chapitre deux  de cette série « L’extase de servir Krishna ».

Il est donc de notre plus grand intérêt d’adopter  la pratique du service de dévotion . Il faut s’établir au plus vite dnas la conscience de Krishna car sans elle il n’est pas possible de goûter au réel bonheur.

c) Comment pratiquer la conscience de Krishna (5) :

La Conscience de Krishna enseigne la manière de pratiquer le bhakti-yoga de l’ amour de Dieu. Cette méthode de réalisation spirituelle source d’un bonheur illimité, est accessible à tous. Elle consiste à étudier les Ecritures, à réciter les noms sacrés de Dieu et à agir pour Le satisfaire dans la vie quotidienne. Nul besoin pour cela d’abandonner son travail ou sa famille, de s’isoler ou de se couper du monde. Chacun, selon ses aspirations, peut adopter une ou plusieurs des pratiques favorisant le progrès spirituel comme le végétarisme ou l’abstinence d’alcool, sachant que chaque pas dans cette voie est un acquis éternel.

“A qui marche sur cette voie, aucun effort n’est vain, nul bienfait acquis n’est jamais perdu; le moindre pas nous libère de la plus redoutable crainte.”
Bhagavad-gita 2.40

Les quatre piliers de la vie spirituelle

Compassion, maîtrise des sens, véracité et pureté sont les quatre piliers de la vie spirituelle. On peut cultiver ces quatre vertus en renonçant aux habitudes néfastes qui leurs sont diamétralement opposées.

Le fait de tuer des animaux étant incompatible avec la compassion, les Ecritures védiques recommandent donc une alimentation végétarienne. Celui qui pratique le bhakti-yoga (le bhakta) ne consomme que des mets consacrés par Dieu. Ces mets sanctifiés sont appelés prasadam, “la miséricorde de Dieu” en sanskrit. La Bhagavad-gita explique qu’on ne peut offrir à Dieu aucun aliment impur ou obtenu par la violence; c’est pourquoi les bhaktas s’abstiennent de consommer de la viande, du poisson ou des oeufs (BG 9.26).

Le fait de fumer et de boire entraîne une dépendance et des souffrances qui détruisent l’équilibre intérieur. Une parfaite maîtrise de soi est impossible à atteindre pour qui s’adonne aux drogues.

La pureté s’applique à la propreté corporelle et à la pureté des pensées. Dans cette perspective, il faut se garder de relations sexuelles extra-conjugales car une vie sexuelle débridée rend pratiquement impossible de méditer sur Dieu avec des pensées pures. En outre, ces relations illicites entraînent bon nombre de problèmes sociaux et sont causes de frustrations, de jalousie et de maladies qui enchaînent l’âme éternelle au corps temporaire.

Il est évident que tout le monde n’est pas à même d’adopter ce style de vie. Mais il est toutefois possible d’y parvenir car le bonheur qu’engendre la vie spirituelle au contact de Dieu dépasse de loin tous les plaisirs éphémères de ce monde.

Vie religieuse et vie sociale

La pratique de la Conscience de Krishna ne se limite pas a la vie en communauté mais s’étend à tous et à tous lieux, quel que soit l’âge, le sexe, la race ou la profession de chacun. Dédier sa vie à Krishna est un choix personnel, une expérience individuelle vécue au quotidien, que l’on soit un religieux ou un laïque.

Si dans les premières années du mouvement, les bhaktas vivaient plutôt dans les temples, de nos jours ils vivent soit en communauté, soit au sein de la société, tout en suivant les principes propices à la vie spirituelle (végétarisme, abstention de drogues, etc.)

On trouve aussi de nombreuses personnes qui sans adopter dans leur intégralité les principes de la vie spirituelle, apprécient et soutiennent le Mouvement Hare Krishna.

Ainsi, celui-ci compte-t-il une grande variété de membres, d’amis et de sympathisants.

Adhésion

Tout le monde, homme ou femme, peut adhérer au Mouvement pour la Conscience de Krishna. Celui qui veut vivre dans le temple et être initié aux disciplines védiques, doit effectuer un noviciat d’au moins un an. Et c’est seulement après cette période de mûre réflexion et de formation qu’intervient l’initiation avec le vœu de suivre les règles de vie mentionnées précédemment et de réciter quotidiennement le chapelet.

Les brahmanas (prêtres), comme le veut la culture védique, peuvent rester célibataires ou choisir de se marier. La vie dans le temple constitue pour beaucoup une étape temporaire de formation religieuse. La plupart des dévots se marient au bout d’un certain temps et fondent une famille. Accepter la vie communautaire n’entraîne aucun engagement financier de quelque ordre que ce soit. La gratuité des institutions religieuses fait partie de la tradition védique: l’éducation spirituelle se doit d’être accessible à tous.

Ressources

Une vie simple de spiritualiste diminue grandement les besoins financiers. Les temples sont gérés par des associations cultuelles qui prennent en charge tous les frais de culte (cérémonies, fêtes religieuses, etc.), l’entretien des bâtiments ainsi que les besoins des prêtres. Ces associations ont de nombreux membres partageant la même foi et vivant au sein de la société avec les responsabilités familiales et professionnelles qui leur incombent. Ce sont eux qui font vivre les associations par leurs cotisations, leurs dons et leur service bénévole. Les communautés rurales quant à elles, fonctionnent comme des villages qui tendent vers l’autarcie. L’économie est basée sur l’échange de produits et de services. Les objets artisanaux et les aliments biologiques, par exemple, sont vendus au sein du village ainsi qu’aux visiteurs et dans les villages environnants. Chaque centre du Mouvement pour la Conscience de Krishna est autonome sur le plan financier et administratif.

La vie dans le temple

Les communautés de l’ISKCON sont des lieux offrant à chacun la possibilité de se concentrer sur la pratique du bhakti-yoga et sur l’étude des écritures védiques. Elles sont organisées selon le modèle des monastères hindous (asramas) avec un emploi du temps bien déterminé; les heures matinales étant les plus propices aux pratiques spirituelles, la première cérémonie commence à 4h30. Elle est suivie d’une période destinée à la lecture et à la prière individuelle, par la récitation méditative du maha-mantra Hare Krishna sur le chapelet.

A 6h30 débute l’étude d’un verset du Srimad-Bhagavatam, suivi d’un petit déjeuner consistant, après quoi chacun vaque à ses occupations respectives. Le temple étant ouvert au public, des personnes non-résidentes viennent régulièrement assister aux différents offices [aratis] (7h30, 12h30, 16h00 et 19h00) ainsi qu’aux conférences. Tous ceux qui visitent le temple peuvent participer aux repas. Le déjeuner est servi généralement à 13h00. A 21h00, les bhaktas prennent avant de se coucher, une dernière collation.

Des activités variées

Chacun possède des aptitudes particulières qu’il peut utiliser dans la vie spirituelle. Ceux qui ont des dons musicaux apprennent à jouer des instruments traditionnels comme le mrndanga (tambour à deux extrémités), le tampoura (sorte de sitar) et l’harmonium indien. Les peintres ont également leur place puisque les nombreuses peintures reproduites dans les livres des Editions Bhaktivedanta sont réalisées par les dévots. Quant au théâtre et à la danse, ils occupent une place très importante dans la culture spirituelle de l’Inde, c’est pourquoi certains se forment à ces disciplines et se produisent lors de programmes culturels. Les autres domaines d’activité sont très divers. Le plus important reste celui de la traduction et de l’édition des textes sanskrits. On trouve aussi: la cuisine, l’artisanat, l’agriculture, le professorat, etc. Les bhaktas organisent également des conférences publiques, afin de faire connaître le message de la Bhagavad-gita, et accomplissent régulièrement le sankirtana, le chant collectif des Saints Noms de Dieu, dans la plupart des villes du monde. 

Les communautés rurales

Les dévots de Krishna vivent dans des fermes biologiques, selon la devise “une vie simple vouée à de hautes pensées”. Ils désirent en cela inspirer d’autres communautés ou familles, n’ayant pas nécessairement les mêmes idéaux, à vivre en harmonie avec la Nature.

De nos jours, les hommes se sont habitués au confort artificiel de nos sociétés industrialisées, obtenu non sans lourdes conséquences: exploitation abusive de la nature, pollution de l’environnement, criminalité, conflits, déclin des valeurs morales et spirituelles, etc. Pour surmonter ces problèmes, les dévots de Krishna préconisent un mode d’existence plus naturel, un certain renoncement à la mécanisation excessive et une vie plus sobre, tournée vers la réalisation spirituelle. Ils appliquent les principes de l’agriculture biologique, visent à l’autarcie alimentaire basée sur une nourriture végétarienne, utilisent les bœufs pour l’agriculture et mettent au point des semences résistantes et des engrais naturels.

Toutes ces activités sont inspirées du principe que tout appartient à Dieu et qu’il n’est pas dans l’intérêt de l’homme d’exploiter la nature sans en reconnaître le véritable Maître, C’est pourquoi chaque ferme possède un temple ou les fidèles peuvent se recueillir et glorifier Dieu. De cette manière, il est possible de mener une vie heureuse, en harmonie avec la nature et les lois de Dieu. 

La Conscience de Krishna en Inde

Après avoir fondé le Mouvement pour la Conscience de Krishna en Occident, Srila Prabhupada développa en Inde trois centres principaux: à Vrindavan (un des grands lieux de pèlerinage de l’Inde où Krishna Se manifesta il y a 5 000 ans), un temple d’architecture indienne classique ainsi qu’une école pouvant accueillir 200 étudiants; à Bombay, un grand temple en marbre avec un centre culturel et une salle de congrès; à Mayapur (Bengale Occidentale) une ville spirituelle védique en pleine expansion où résideront 50 000 personnes et pouvant accueillir des millions de pèlerins. Hormis ces grands projets, il existe d’autres temples de l’ISKCON et des milliers de nama-hatta (associations locales de vaisnavas).

En Inde, l’ISKCON compte outre la masse des fidèles, 10 000 membres actifs et 1 500 000 membres sympathisants qui s’appliquent ainsi à valoriser leur propre héritage spirituel.

Quelques temples de l’iskcon francophones

Iskcon Paris

Iskcon Belgique (Radhadesa)

Iskcon Suisse (Zurich)

Iskcon Montréal  

(1) Attention ! Les impersonnalistes travestissent souvent le sens de ce mot « absorption ». « Absorption » ne veut pas dire que l’on « se fonde » dans la vérité absolue, jusqu’à en perdre sa propre individualité (égo) et ne plus faire « qu’Un  » avec Dieu, la Vérité Absolue. Non ! « Absorption » signifie que le bhakta, le dévot du Seigneur, absorbe son mental dans le service du Seigneur. Ce que confirme les lignes suivantes: « Deviens Mon dévot, offfre Moi ton hommage et voue Moi ton adoration « .

(2) Les six perfections: la beauté, la renommée, la richesse, la puissance, l’intelligence et le renoncement.

(3) La Brahma samhita, un texte védique essentiel, célèbre la beauté de Krishna: (voir Govindam)          

(4)

na tasya kāryaḿ karaṇaḿ ca vidyate
na tat-samaś cābhyadhikaś ca dṛśyate
parāsya śaktir vividhaiva śrūyate
svābhāvikī jñāna-bala-kriyā ca

 « Le Seigneur Suprême n’a rien à faire. Rien ne L’égale, rien ne Le surpasse . Il agit à différents niveaux en manifestant d’infimes  parcelles de Sa Personne, qui sont toutes différemment situées par l’effet de Ses diverses puissances illimitées. Chaque puissance agit tout naturellement, Lui procurant pleine connaissance, pouvoir et assistance pour Ses divertissements. »
                    ( Śvetāśvatara Upaniṣad 6.8)                                                  
 


(5) Les paragraphes suivants sont extraits d’une brochure publiée par « l’Association suisse pour la Conscience de Krishna ». Celle-ci est fort bien faite c’est pourquoi j’ai décidé de la publier en conclusion de la série « L’extase de servir Krishna ».



Catégories :L'extase de servir Krishna, La voie et la pratique du bhakti-yoga, Philosophie et transcendance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :