Krsna dévore le feu de forêt

Le divertissement suivant de Krishna nous montre plusieurs choses. D’abord,  qu’il existe plein de dangers dans ce monde matériel. Le danger auquel les pâtres font face est celui d’être dévoré par les flammes d’un feu de forêt. Il existe une multitude d’autres dangers dans l’existence matérielle. La qualité unique des pâtres dans ce divertissement est qu’en tant que purs dévots du Seigneur, ils sont prêts face au danger  de prendre complètement refuge en Krishna. Et Krishna, en tant que Dieu, la Personne Suprême est prêt  à accorder  au dévot abandonné sa protection totale.

Le Livre de 

Krishna


radhakrishna2

Un résumé complet
de l’illustre dixième Chant du
Srimad Bhagavatam
par

Sa Divine Grâce
 A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupâda
lotus62
CHAPITRE 19

line

Krsna dévore le feu de forêt

Comme Krsna, Balarama et Leurs amis se trouvaient absorbés dans leurs jeux. les vaches, auxquelles on ne prêtait plus attention, se mirent en marche, attirées par l’herbe fraîche, et s’enfoncèrent de plus en plus profondément dans la forêt. Avec les chèvres et les buffles, elles errèrent de forêt en forêt pour finalement atteindre celle qu’on nomme Isikatavi. Cette forêt abondait en herbe bien verte, qui tenta les bêtes; mais à peine en avaient-elles franchi l’enceinte, qu’elles se virent entourées d’un feu immense, ravageant la forêt: elles se mirent à mugir avec force. De Leur côté, Balarama, Krsna et Leurs amis, tout chagrins, se lamentèrent sur leur bétail perdu. Ils décidèrent de suivre les empreintes, sur la terre, des sabots des vaches, et le chemin tracé par l’herbe broutée. Tous craignaient que les vaches, leur moyen même d’existence, soient à présent perdues. Mais bien vite, ils perçurent des mugissements sanglotants. D’une voix forte, Krsna Se mit à appeler chacune des vaches par son nom propre. A Son appel, les vaches aussitôt répondirent, et dans quelle joie! Mais déjà le feu les avait cernées et le péril grandissait toujours plus. Le vent se fit violent, les flammes montèrent, toutes les créatures, mobiles et immobiles, allaient être réduites en cendres. La frayeur avait maintenant gagné vaches et pâtres; tous fixaient les yeux sur Balarama, comme un mourant sur l’image du Seigneur. «O Krsna, ô Balarama, nous brûlons de la chaleur de ce feu ardent, dirent-ils. Puissions-nous prendre refuge à vos pieds pareils-au-lotus! Nous le savons bien, vous pouvez nous protéger de ce péril immense. Krsna, toi notre ami si cher, nous sommes tes compagnons intimes! Est-il juste que nous souffrions ainsi? Nous dépendons en tout de ta personne, toi qui connais tout de la vie spirituelle. Nous ne connaissons nul autre que toi».

devourDieu, la Personne Suprême, entendit l’appel de Ses amis et leur répondit par un doux regard. Le seul mouvement de Ses yeux les rassurait: rien n’est à craindre. Alors, Lui, Sri Krsna, le Yogi suprême, Dieu tout-puissant, inspira d’un coup dans Sa bouche toutes les flammes de la forêt embrasée. Voilà comment furent sauvés d’un danger pressant les vaches et les jeunes pâtres. De peur, les garçons s’étaient presque évanouis, mais lorsqu’ils revinrent à eux, lorsqu’ils ouvrirent les paupières, voilà que de nouveau c’était la forêt, avec Krsna, Balarama et les vaches! Grande leur surprise de ne plus rien sentir des attaques du feu ardent; grande aussi de savoir les vaches hors de danger. Ils pensèrent en secret que Krsna n’était certes pas un garçon ordinaire, mais bien quelque deva.

Le soir venu, jouant de Leurs flûtes, Krsna et Balarama, avec les jeunes pâtres et les vaches, S’en retournèrent à Vrndavana. Comme Ils s’approchaient du village, toutes les gopis sentaient la joie monter en elles. Tout le long du jour, alors que Krsna Se trouvait dans la forêt, les gopis ne cessaient de penser à Lui; en Son absence, chaque seconde leur semblait durer douze ans.

Ainsi s’achèvent les enseignements de Bhaktivedanta pour le dix-neuvième chapitre du Livre de Krsna, intitulé: «Krsna dévore le feu de forêt».



Catégories :Les divertissements de Krishna

%d blogueurs aiment cette page :