Comment étancher sa soif de liberté totale

70

Nous ne sommes pas heureux dans cette existence matérielle pour la bonne raison que nous ne sommes pas libres. Notre nature est spirituelle et non pas matérielle. Nous sommes une âme spirituelle et non pas un corps de matière. Cette âme spirituel – notre vrai moi – est présentement incarnée dans un corps matériel et doit par conséquent subir une privation de liberté. La naissance, la maladie, la vieillesse et la mort sont les souffrances inhérentes à ce corps. L’ âme, quant à elle n’a rien à voir avec ses quatre formes de souffrances ; elle en est pour l’éternité complètement affranchie. L’ âme aussi possède sa propre forme mais celle-ci est présentement recouverte par le corps de matière.

Une autre raison pour laquelle nous ressentons cette privation de liberté est le fait que notre propension à aimer reste grandement inassouvie. Nous aspirons à un amour intense, illimité, éternel et absolu et ce que nous obtenons dans ce monde matériel n’en est qu’un pâle reflet. Un peu comme si, marchant dans le désert, affligé par la soif, nous tombions finalement après des heures et des heures de marche, .. sur un petit filet d’eau tiède.

C’est ainsi, qu’en tant qu’âme spirituelle notre amour ne peut être assouvi qu’au contact de l’Âme Suprême, Dieu, la Personne Suprême, Sri Krishna. En développant notre amour pour Krishna, nous développons en même temps notre corps spirituel, éternel, plein de connaissance et de félicité dans le monde spirituel, la demeure éternelle du Seigneur.. À cet instant, nous retrouvons notre liberté totale tel l’oiseau libéré de sa cage et qui peut enfin prendre son envol.

Les passages suivants du Srimad Bhagavatam, plus exactement, d’une teneur est portée de Srila Prabhupada sur le Srimad Bhagavatam, illustre merveilleusement ce que nous venons de dire sur la quête de l’âme pour la liberté totale .

***********

Le besoin véritable de l’âme conditionnée, c’est de trouver réponse à son désir d’échapper à l’atmosphère oppressante de l’univers matériel, pour étancher sa soif de liberté totale. L’âme veut franchir les murs de l’univers, et voir la libre lumière et l’élément spirituel. Cette liberté complète, elle la trouve quand elle rencontre le Tout spirituel complet, le Seigneur Suprême. En chacun dort une pure affection pour Dieu, et l’existence matérielle, manifestée à travers le corps et le mental, vient de ce que l’affection pour Dieu s’est dénaturée en se reportant sur la matière brute et subtile. Nous devons donc adopter des occupations qui raviveront notre conscience divine, spirituelle. Or, cela n’est rendu possible que par l’écoute et le chant des Activités divines du Seigneur Suprême, et notre verset (1) ajoute que toute occupation n’aidant pas à développer un attachement pour l’écoute et le chant du message sublime de Dieu s’avère être une simple perte de temps. C’est qu’aucune autre occupation, aucun autre attachement, aucune oeuvre spéculative, ne peut conférer à l’âme la libération. Même les efforts de ceux qui recherchent le salut sont tenus pour vains, car ils ne réussissent pas à saisir la source de toute liberté. Le bas matérialiste devrait avoir assez d’esprit pratique pour comprendre que les gains matériels qu’il est susceptible d’acquérir, dans cette vie ou dans la prochaine, seront toujours limités par le temps et l’espace. Même s’il s’élève jusqu’à Svargaloka, le système planétaire le plus élevé de l’univers matériel, il n’y trouvera pas de refuge permanent pour son âme assoiffée de bonheur. En vérité, il ne peut la satisfaire que par la méthode scientifique et parfaite du service de dévotion pur.

               Srimad Bhagavatam (1.2.8 t. et p. extrait)

(1)dharmah svanusthitah pumsam
visvaksena-kathasu yah
notpadayed yadi ratim
srama eva hi kevalam
TRADUCTION

Les occupations, les devoirs, de l’homme, accomplis par chacun selon sa position, sont autant d’efforts inutiles s’ils ne suscitent en lui un attrait pour le message du Seigneur Suprême.

101



Catégories :Philosophie et transcendance

%d blogueurs aiment cette page :