Retourner au monde spirituel, tel est le réel but de la vie

spiritual-world

Scène du monde spirituel, la demeure éternelle de Krishna

Dans la Bhagavad gita, Krishna présente le monde matériel comme un lieu temporaire – sans cesse créer et détruit dans un cycle sans fin – et rempli de souffrances. Par contraste avec ce monde éphémère et misérable, toujours dans la Bhagavad gita, Krishna décrit à plusieurs reprises le monde spirituel. Comme au verset six du chapitre 15 où le Seigneur dit: «  Ce Royaume suprême, le Mien, ni le soleil, ni la lune, ni la force électrique ne l’éclairent. Pour qui l’atteint, point de retour en ce monde. » Dans la teneur et portée de ce verset Shrila Prabhupada écrit : «  Il faut que l’homme se sente captivé en écoutant ainsi ces descriptions. Il doit avoir le désir d’échapper à l’arbre matériel, au reflet trompeur de la réalité, et d’être promu au monde éternel. »

L’extrait suivant du Livre de Krishna qui parle du monde spirituel est fait justement pour renforcer ce désir salutaire. Krishna s’adresse aux habitants de Vrindavan qui étaient anxieux quant à leur destinée future; Krishna était-il vraiment Dieu ? Et allait-Il ainsi leur permettre d’atteindre à Son Royaume Absolu ?

***************

Les amis de Nanda Maharaja, tous les pâtres, sentaient croître leur impatience: Krsna était-Il vraiment Dieu, la Personne Suprême, allait-Il à tous leur accorder le salut? Comme ils s’entretenaient ainsi, Krsna devina leurs pensées, et pour qu’ils n’aient aucun doute quant à leur destinée — le Royaume absolu —, Il manifesta à leurs yeux le monde spirituel. Les hommes du commun, absorbés dans leur dur labeur, ignorent le plus souvent l’existence d’un autre monde, le monde spirituel, où la vie est éternelle, toute de connaissance et de félicité. Comme l’enseigne la Bhagavad-gita, qui retourne en lui n’a plus jamais à choir dans l’Univers matériel, où règnent la mort et la souffrance.

Krsna, Dieu, la Personne Suprême, désire toujours avec feu que l’âme conditionnée soit avertie de l’existence d’un monde spirituel, bien au-delà de l’atmosphère matérielle et des innombrables univers situés dans le sein de l’entière énergie matérielle. Et d’autre part, si Krsna répand Sa bonté sur toutes les âmes conditionnées, Il montre à Ses dévots, comme l’enseigne la Bhagavad-gita, une faveur toute particulière. Dès qu’Il entendit leurs interrogations, Il jugea que Ses dévots de Vrndavana devaient apprendre qu’il existe une «atmosphère» spirituelle, et voir les planètes Vaikunthas qui y flottent. Chaque âme conditionnée, en ce monde, baigne dans les ténèbres de l’ignorance. Toutes agissent selon un concept d’existence dicté par le corps.

Chacun a l’illusion d’appartenir au monde matériel; cette croyance le force à agir dans l’ignorance, au sein des diverses formes de vie. On appelle «karma», ou actes intéressés, les actes auxquels se livrent les êtres dans les différents corps matériels. Toutes les âmes conditionnées agissent selon le corps particulier qu’elles ont revêtu. Les actes qu’elles accomplissent aujourd’hui déterminent leur condition de demain. Fort peu avertis du monde spirituel, elles n’adoptent généralement pas les activités spirituelles, ou le bhakti-yoga. Mais ceux qui le pratiquent avec succès vont directement, après avoir quitté le corps matériel, au monde spirituel, pour s’établir dans l’une des planètes Vaikunthas. Les habitants de Vrndavana sont tous des purs bhaktas. Leur destin est Krsnaloka. Par là, ils s’élèvent même au-delà des Vaikunthalokas. En vérité, les êtres toujours absorbés dans la Conscience de Krsna, dans le service de dévotion pur, se voient accorder la chance, à l’instant de la mort, d’obtenir la compagnie de Krsna dans l’un des univers du monde matériel, car les Divertissements de Krsna se déroulent sans cesse en cet univers ou un autre. De même que le soleil épanche tour à tour sa lumière sur tous les lieux de notre planète, la Krsna-lila, ou l’Avènement et les Divertissements sublimes de Krsna, se manifeste perpétuellement en notre univers ou en un autre. Les dévots arrivés à maturité, ayant atteint la perfection de la conscience de Krsna, dès qu’ils ont quitté le corps matériel se voient transférés dans l’univers, quel qu’il soit, où Krsna apparaît alors. Là, ils obtiennent leur première chance de vivre en la compagnie personnelle, directe, du Seigneur. Cette «formation», nous pouvons la voir dans la Vrndavana-lila de Krsna sur notre planète. Ainsi Krsna révéla-t-Il aux habitants de Vrndavana le véritable aspect des planètes Vaikunthas, afin qu’ils puissent connaître leur destinée.

Krsna manifesta à leurs yeux le monde spirituel, éternel, sans fin et tout de connaissance. On trouve, dans l’Univers matériel, diverses formes de corps, tantôt hautes tantôt basses, et selon ces formes, le savoir diffère. Dans le corps d’un enfant, par exemple, il n’est pas aussi parfait que dans un corps d’homme adulte. Dans toutes les formes de vie se distinguent différents niveaux, chez les êtres aquatiques, les plantes et les arbres, les reptiles et les insectes. les oiseaux et les bêtes, les hommes civilisés et non civilisés. Au delà de la forme humaine se trouvent les devas, des Caranas et des Siddhas jusqu’aux habitants de Brahmaloka, demeure de Brahma; chez les devas eux-mêmes se manifestent différents degrés de savoir. Mais au-delà de l’Univers matériel, dans l’«atmosphère» Vaikuntha, tous les êtres jouissent également d’une pleine connaissance. Là, sur les Vaikunthalokas ou sur Krsnaloka, tous, sans distinction, s’absorbent dans le service de dévotion offert au Seigneur.

Comme le confirme la Bhagavad-gita, jouir du savoir dans sa plénitude, c’est connaître Krsna en tant que Dieu, la Personne Suprême. Les Vedas, ainsi que la Bhagavad-gita, enseignent que dans le brahmajyoti, l’«atmosphère» spirituelle, il n’est nul besoin de la lumière du soleil, de la lune ou de la force électrique. Là, toutes les planètes produisent elles-mêmes leur lumière et sont éternelles. Le monde spirituel, baignant dans ce brahmajyoti, ne connaît ni création ni annihilation. La Bhagavad-gita confirme elle aussi qu’au-delà de l’Univers matériel se trouve un Univers éternel, spirituel, où tout existe pour l’éternité. Les âmes conditionnées ne peuvent avoir connaissance du monde spirituel que par de grands sages déjà au-delà de l’influence des trois gunas. A moins d’être établi fermement au niveau absolu, comprendre la nature de ce monde spirituel est impossible.

C’est pourquoi l’on recommande d’adopter le bhakti-yoga et de se garder vingt-quatre heures par jour absorbé dans la conscience de Krsna, laquelle élève celui qui s’y adonne au-delà de l’influence des gunas. L’homme établi dans la conscience de Krsna peut sans difficulté saisir la nature du monde spirituel et des Vaikunthalokas. Les habitants de Vrndavana, plongés constamment dans cette conscience de Krsna, purent donc comprendre sans aucun mal la nature spirituelle et absolue des Vaikunthalokas.

Ainsi, Krsna conduisit tous les pâtres, avec à leur tête Nanda Maharaja, au lac où plus tard devait être révélé à Akrura le système planétaire Vaikuntha. Là, sans tarder, ils se baignèrent, et, à la faveur de ce bain, chacun put voir la véritable nature des Vaikunthalokas. Une fois imprégnés de cette vision, tous les hommes se sentirent envahis d’une félicité merveilleuse, et la première chose qu’ils virent, sortant de l’eau, ce fut Krsna, adoré avec des prières choisies.

– « Le livre de Krishna » chapitre 28 – Krsna soustrait Nanda Maharaja aux mains de Varuna.



Catégories :Philosophie et transcendance

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :