A propos!!! Vous savez nager, j’espère?

Voici une petite histoire fort instructive :

Le batelier et le savant

Un savant désirant traverser un grand fleuve, approcha un batelier:

 -« Hello! Passeur!  faites-moi traverser ce fleuve au plus vite! »

-« Le temps n’est pas des meilleurs pour naviguer aujourd’hui, vous savez! »

Mais le savant insista:-« La science ne saurait attendre mon brave, vous avez la grande fortune de m’acheminer vers l’un des plus illustres meetings  scientifiques de notre temps! » Et il ajouta: »Veuillez ne plus songer au mauvais temps je vous prie! »

Le passeur accepta malgré tout de traverser le fleuve et  le savant prit place dans la petite embarcation:

« A propos, quelles sont vos connaissances en matière de science maritimes ? » demanda-t’il.

 » Ben, vous savez, faut pas m’en demander trop…J’suis pas un scientifique, moi,j’suis passeur! »

-« Mais savez-vous que vous perdez là 25% de votre vie! «  rétorqua le savant, péremptoire.

Après quelques temps le savant renchérit:  –« Avez-vous suivi quelques études  océanographiques sur les courants maritimes? »

« Non! pas au courant du tout! Pour moi, tout ça, c’est bien vague, vous savez! » répondit  le batelier désolé.

-« Mais sans cette science, c’est 50% de votre vie qui est perdue! » affirma  le savant indigné.

C’est alors que l’orage se mis à gronder avec virulence et la foudre frappa le mât du bateau qui s’écroula dans un vacarme retentissant.

Le savant obstiné insista:

-« Vous avez, au moins…J’espère, quelques données concernant la science des calculs de probabilité tout de même? »

« Pas l’moment de m’parler d’calculs, j’ai assez d’problèmes comme ça!?! » répondit le batelier.

-« Mais, c’est grave ça, ça fait 75%  de votre vie à l’eau! » renchérit le savant de plus belle.

« A propos!!!  » s’enquérit avec inquiétude le batelier.« Vous savez nager,  j’espère? »

-« Beêh…NON! Pourquoi?? » répondit le savant

« On coule mon vieux, malgré toutes vos sciences!ça fait 100% de votre vie qui tombe à l’eau!!!! »

Alors que le passeur regagnait la rive à la nage, le savant cria désespérément  « Au secours ! Au secours! »  et coula à pic ….car il ne savait pas nager !!!

 Morale de l’histoire:

C’est dans la nature de l’homme de chercher à agrandir les limites de ses connaissances et de s’instruire sur une multitude de sujets d’actualité.  Malheureusement, ce n’est souvent qu’à l’heure de la mort qu’il constate l’inutilité de son érudition matérielle car elle ne peut le sauver de la « noyade » .  Il est donc obligé de reprendre naissance dans ce triste monde matériel et d’y endurer encore une fois la naissance, la maladie et la mort. Seule la  culture de la connaissance spirituelle, telle celle que l’on retrouve dans la Bhagavad-gita et  le Srimad-Bhagavatam, peut nous sauver du cycle des morts et des renaissances répétées, et nous permettre  de retrouver ainsi notre position éternelle de pur serviteur de Dieu, Krishna,  rempli de connaissance et de félicité dans le monde spirituel.



Catégories :Fables védiques et autres, Krishna et les philosophes, La science et la conscience de Krishna

1 réponse

  1. Très bon. Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :